Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Boel Souleymane Biographie Né en 1976 à Trappes, Boel Souleymane bascule dans le monde littéraire après un long passé dans le milieu associatif pour le développement éducatif et médical du Tiers Monde. En 1998, il lance la première action mondiale contre les pillages de l'Afrique, « le mandat d'arrêt », qui invite tous les sportifs, artistes et écrivains à réaliser un message vidéo sur l'abus de certaines multinationales. Par ce biais, il fait la rencontre d'écrivains qui l'influencent et l'encouragent à écrire. Il est déjà auteur de quelques ouvrages haletants et subversifs : Breathe Taking (À couper le souffle), L'évasion d'une vérité, Les Bouts des tunnels de la faim et Sous une pluie de balles,Un égo meurtrier, Souleymane Boel est un jeune écrivain très prolifique qui s’est spécialisé dans les romans d’anticipation imaginant des scénarios originaux dans des situations très actuelles.

26 May

Extrait du roman "le carré d'or de la haine " de Boel Souleymane un roman brute sur le massacre des rohingyas

Publié par L'écrivain Boel Souleymane  - Catégories :  #littérature, #rohingyas, #birmanie, #boel souleymane, #le carré d'or de la haine, #969, #achin wérathou

Extrait du roman "le carré d'or de la haine " de Boel Souleymane un roman brute sur le massacre des rohingyas
Extrait du roman "le carré d'or de la haine " de Boel Souleymane un roman brute sur le massacre des rohingyas

~~Dubaï un désert aride qui s’est transformé en quelques décennies en centre économique du golfe et est devenu le carrefour des businessmans du monde entier. Un mois après la remise des plans architecturaux. L'investisseur fortement séduit et épaté par mon travail tenait absolument à me rencontrer en personne. Beaucoup de monde aurait voulu être à ma place, mais je ne me sentais vraiment pas à la mienne face à un tel gaspillage outrancier venu poignardé les vulves de mon cœur. Devant des hommes fortunés dont l'argent a englouti tous leurs principes moraux. Avant de venir aux Emirats, je ne m'attendais pas à trouver une prostitution aussi massive et débridé. Cela était presque aussi visible que les transactions de résine de cannabis de mon ancien quartier. Pour l'inauguration du début des travaux du centre commercial. L'investisseur avait réservé pour son banquet une splendide salle en haut d'une des plus grandes tours de la ville qui donnait une vue imprenable sur Dubaï. En arrivant à ma surprise, l'homme semblait déjà ivre et avait un verre de whisky à la main qu'il cacha maladroitement dès qu'il me vu. Mais son haleine et sa conduite malingre indiquait qu'il était déjà fortement éméché. En quelques minutes il me fit comprendre que la qualité de mon travail lui avait énormément plus et qu'il avait beaucoup de travail pour moi dans un futur proche. La pièce avait été joliment décoré pour l'occasion de façon très démesuré et à l'intérieur se trouvaient une trentaine d’Escort girls qui simulaient médiocrement êtres des actrices local de cinéma. Je pense qu'elles devaient se dire laquelle va terminer faire sa nuit avec lui. Environs une heure plus tard après n'avoir parlé que de travail. Il me fit comprendre que les filles étaient venu pour moi et que pouvais en disposé tout le long de mon séjour. Mon doute se confirma brutalement. Alors qu'il attendait mon agrément et surement le détail de celle qui me plaisais. Il ne s'attendait vraiment pas à ce que je lui réponde ce que je lui ai dit: "En tant qu'architecte respectueux de lui-même je suis venu pour construire pour vous dans ce bas monde. Mais certainement pas venu pour démolir ma futur demeure dans l'au-delà" En entendant ses paroles limpides l'homme S’évanoui en tombant brutalement sur le sol. Après la chute de l'homme sur le sol une des prostituées s’est mise à hurler: "Mon Dieu si il meurt qui va nous payer!?" Une autre s’est avancée vers moi en me disant: "S' il vous plait monsieur sortez nous de là! Nous avons toutes été piégées par un réseau de prostitution qui détient nos passeports depuis plus d'un mois. Je vous en supplie faites quelque chose! Ne nous laissez pas entre leurs mains! " Je pensais qu'après avoir raté ma lune de miel en découvrant un génocide en Birmanie ma vie redeviendrait nettement plus calme. Mais non je me trouvais à présent devant un homme multi milliardaire ayant fait appel aux services d'un réseau de prostitution de femme dont la plupart des pays étaient en guerre. La plupart étaient syriennes et irakiennes les autres d'Afrique du nord et de l'ouest. Le même scénario pour toutes, après avoir répondu à une annonce de figurante pour le tournage d'un film dans le golf. Une soirée avec de la drogue dans leurs verres et le lendemain le début d'un glauque calvaire en finissant retenu prisonnière dans une maison close sans avoir plus aucun papier. Après avoir appris cela j'ai mis un coup de pied ressemblant à un penalty d'une finale de coupe du monde dans le ventre du type: "Réveil toi!" Il beugla de douleur en reprenant connaissance: "Ahhh!" Et repris connaissance lorsque je me suis à l'interroger en haussant la voix: "Qu'Est-ce que cette histoire avec ces femmes? " L'homme prétendu qu'il n'était pas au courant de la situation. Une d'elle confirma: "Nous l'avons qu'une seule fois" L'homme paniqué par la situation redoutant un scandale promis de faire arrêter les membres du réseau en appelant sur le champ un cousin qui était inspecteur de police à Dubaï. Une syrienne éclata en sanglot racontant que ça cousine avait été noyée dans le jacuzzi d'une maison close. Après avoir refusée une relation avec son premier client l'ayant traînée dans un bain à bulles en la forçant d'effectuer une fellation jusqu'à ce qu'elle se noie. L'homme se mis a pleuré en prenant une série de rude gifles par les prostituées. Au même moment mon téléphone se mis à sonner. "Allo Abd Samad comment trouves-tu Dubaï? Ton vol c'est bien déroulé? Dis-moi le nouveau riche j'espère que ton voyage se passe mieux que celui que tu as fait en Birmanie? " "Heu à vrai dire mon voyage ressemble encore à un sac d'embrouilles. L'investisseur a fait appel à une société d'Escort girls qui est en réalité une organisation mafieuse. Toutes les filles ont été kidnappées par ce réseau de prostitution. Il faut que je règle le problème, je te rappel!" vingt minutes plus tard nous virent une dizaine de voitures de police rapidement se garer en bas du building dans lesquels nous nous trouvions. L'émir s’empressa de proposer un accord secret aux prostituées en seulement quelques minutes. Une maison en bordure de mer pour chacune auprès de son nouveau centre commercial. Seulement à condition qu’elles prétendent sur leurs dépositions qu'il les avait sauvé loyalement de leurs kidnappeurs .Les ayants réservé a un membre d'un réseau proxo-maffieux dans l'unique but de vouloir les libérées après avoir appris tristement leurs détentions. Voilà comment en une minute il avait en un tour de passe-passe retourné la situation à son avantage. Pour se blanchir entièrement de son éhonté location d'Escort girls à des mafieux. Il n'aurait pas pu espérer une meilleure pub avant l'ouverture de son centre commercial En me fixant il me dit: J’ai profondément honte de ma conduite ne me dévoile pas.je savais pas que ces femmes avaient été retenu séquestrées Ne dis rien je ferai tout ce que tu me demande. Dis-moi ! Tu veux aussi une maison au bord de la mer?" "Non!" "Qu'Est-ce que tu veux ? " "Je te dirai cela une fois que tous sera terminé. Vous auriez été beaucoup plus dans mon estime si les mensonges que vous allez dire à la police et aux gens auraient été la vérité!" La descente chez l’homme qui était le cerveau des piégeurs du réseau de prostitution de Dubaï, avait viré en une sanglante partie de cache-cache à l’arme à feu. D’après une femme pakistanaise qui avait été libérée après être sortie en larme de sa chambre qui avait était transformée en une cellule ou elle avait été séquestrée et forcée à se soumettre. Lorsqu’elle comprit que son calvaire allait prendre fin. Elle s’écria : « Deux hommes armés sont encore cachés dans la maison .Faites attention ! » « Attend-nous dehors. Nous allons nous charger de ces fils de p-tes ! » J’ai ramassé le flingue du gars qui pris avait pris les quatre balles dans le bide. Et nous nous sommes mis à avancer en silence dans cette maison qui était vaste et dont le nombre de cachette ne pouvait qu’être que très élevée. L’émir s’approcha d’une grande armoire. Pour lui, il était certains qu’un des deux se cachaient à l’intérieur. En s’avançant à pas de loup il allait ouvrir la porte en s’apprêtant à faire feu. Seulement en ouvrant la porte ils n’y avaient seulement qu’une soixantaine de passeport appartenant aux filles qui avaient été confisqué par les esclavagistes : « M-rde ! Cet enfoiré n’est pas là ! » En me retournant et en scrutant la pièce je m’aperçus d’un détail. Sous un rideau le bout d’une de ses chaussures dépassait. En dressant mon doigt pour indiquer cela à l’émir. Il ne perdit pas un instant pour le flinguer sur place. L’homme tomba en s’accrochant au rideau pour finir envelopper dedans .L’émir se mis à dire : « il faut trouver le dernier. C’est lui le chef du réseau ! » En entrant dans une la pièce nous entendirent bouger sous un lit. L’émir posa son flingue sur le matelas et allait s’apprêter à ouvrir le feu. Je me suis mis à crier : « Nooonnn ! » Une femme sortie d’en dessous en fondant en larmes. Après avoir nerveusement relâché mon souffle de soulagement je lui ai demandé : « Est-ce qu’il reste des femmes à l’intérieur de la maison ? » « Non elles sont toutes sorties ! » « Ne pleure pas ! Tout est finie personne ne te fera plus aucun mal ! » En regardant son visage et en l’entendant attentivement parler je trouvais de façon troublante qu’elle ressemblait beaucoup à la petite 3Aichah que j’avais adopté. Si Je savais que son père avait été tué avec ses tous ses frères et sœurs en Birmanie par les membres d’une milice radicale les "969" près de Naypyidaw. Je n’avais eu aucune véritable information sur sa mère. Peut-être pensait elle qu’elle avait avoir subi le même sort que les autres membres de sa famille ? Malgré la recherche du type je ne pouvais m’empêcher de l’interrogée : « D’où viens-tu ? » Elle me répondu avec exactement le même accent de la région que la fillette : « Birmanie » Ma gorge se mis à se serrer d’émotion et me yeux se noyer de larmes : « Non ce n’est pas possible » En sortant une photo de mon portefeuille de la petite fille la femme une réaction immédiate en s’écriant : « 3a’ichaah » En quelque minute, je compris en plein milieu d’une scène de violence que mon destin avait été écrit de sorte à ce que je retrouve la mère de cette petite qui était l’une seule rescapée d’un village.

Commenter cet article

À propos

Boel Souleymane Biographie Né en 1976 à Trappes, Boel Souleymane bascule dans le monde littéraire après un long passé dans le milieu associatif pour le développement éducatif et médical du Tiers Monde. En 1998, il lance la première action mondiale contre les pillages de l'Afrique, « le mandat d'arrêt », qui invite tous les sportifs, artistes et écrivains à réaliser un message vidéo sur l'abus de certaines multinationales. Par ce biais, il fait la rencontre d'écrivains qui l'influencent et l'encouragent à écrire. Il est déjà auteur de quelques ouvrages haletants et subversifs : Breathe Taking (À couper le souffle), L'évasion d'une vérité, Les Bouts des tunnels de la faim et Sous une pluie de balles,Un égo meurtrier, Souleymane Boel est un jeune écrivain très prolifique qui s’est spécialisé dans les romans d’anticipation imaginant des scénarios originaux dans des situations très actuelles.

Articles récents